Visite de Courtrai

4 villes - 4 échelles - 4 projets urbains

Vendredi 11 Juin 2010

La Maison de l'Urbanité organise un cycle de 4 journées de visites en Flandre intitulé "4 villes – 4 échelles – 4 projets urbains". Courtrai est la 3ème étape de ce périple.

Ces découvertes successives à Anvers, Malines, Courtrai puis Hasselt sont programmées au travers 4 vecteurs de développement urbains récurrents dans chacune des villes : quartier de gare, commerce-culture, logement et espace public.

"Création" et "Design" sont les 2 notions qui caractérisent le renouveau urbain de la ville de Courtrai. Cet essor s'appuie sur un ensemble de dynamiques : stratégies de politiques foncières réactives et proactives avec une série de projets ancrés vers le passé mais résolument tournés vers la créativité.

Architectes, urbanistes, conseillers en aménagement du territoire et urbanisme, représentants d’intercommunales, chercheurs universitaires et particuliers forment un groupe de compétences variées d’une vingtaine de personnes.

Nous arrivions sur la Grand Place de Courtrai où nous sommes accueillis à L’Hôtel de ville par M. Van Den Bossche, ingénieur en chef et directeur du service de projets et de développement urbain de la cité.

Il nous présente la démarche du renouveau urbain tant du point de vue historique qu’à travers les études et réalisations en centre ou en périphérie. Il insiste sur les premières initiatives centrées sur les aménagements des espaces publics, rendues possibles grâce à leur maîtrise foncière par l’autorité publique.

Nous nous dirigeons vers la grand place et découvrons ses aménagements réalisés par le tandem Secchi-Vigano ayant contribués également à l‘élaboration du Schéma de structure adopté en 2007.

Nous nous restaurons sur la place même puis, guidés par note hôte, nous allons à la rencontre des projets marquants de la ville.

Le premier grand projet phare est celui du tout nouveau centre commercial "K" d’une superficie de 35 000 m2. C’est un projet de réaffectation d’une école permettant d’accueillir des enseignes exigeant de larges surfaces en général non disponibles dans des tissus urbains anciens. Cette localisation permet en effet de connecter l’offre ancienne et la nouvelle sans "tuer" l’activité commerciale en coeur de ville.

Juste à deux pas de là, nous entrons dans un îlot à l’écart du bruit et de la circulation. Il est composé de toutes petites habitations ouvrières, pour certaines en cours de rénovation. Ce projet nous est commenté par un représentant du CPAS de la ville, en charge de cette initiative. Il s’agit d’intervenir auprès des propriétaires de ces maisons pour les rénover aussi bien au niveau de la salubrité que de l’économie d’énergie. Ces aides sont financières, mais sont accompagnées d’une assistance à la coordination de chantier. Peu à peu, les maisons se transforment et restent accessibles aux mêmes populations avec un loyer bon marché sur une période d’au moins sept années, condition incontournable imposée aux propriétaires pour bénéficier des primes.

Le projet suivant concerne également du logement, mais d’un standing plus élevé, situé le long de la Dyle, il se compose d’une longue barre en bordure de piste cyclable et pédestre en surplomb de la rivière. A l’arrière 2 immeubles perpendiculaires délimitent des espaces de détente boisés.

Naturellement, nous suivons l’eau qui nous mène vers un des sept ponts réalisés dans le cadre de l’élargissement de la Dyle, nécessaire au passage de bateaux plus lourds (jusqu’à 4 .000 tonnes). Les travaux de génie civil ont été ajustés grâce aux indications de la cellule urbanisme spécialement créée à cet effet par la ville.

Ainsi des aménagements de qualité, en des zones trop souvent laissées en friche, ont pu être pensés profitant de la présence de l’eau. Un grand parc s’étend en dessous du pont mais aussi de part et d’autre de la Dyle grâce à la présence d’une passerelle piétonne courbe et aérienne, œuvre de l’ingénieur Laurent Ney, reliant harmonieusement les deux berges.

Nous terminons ces découvertes par deux aménagements sur l’île Buda, illustrant la volonté de renforcer l’identité culturelle et artistique de l’île. L’ancienne brasserie Tack a été rénovée en un centre de production artistique. Les différents plateaux du bâtiment d’origine ont été dégagés sur toutes leurs surfaces permettant une appropriation polyvalente des lieux. Une annexe nouvelle, légère et vitrée regroupe circulations et services. Le parc au pied de l’immeuble est composé d’un champ de fleurs sauvages traversé d’une allée recouverte de briques de terre cuite concassées aux tonalités des bâtiments de la ville. A deux pas, l’ancien cinéma rénové bordé d’un piétonnier aux terrasses paisibles forment avec la brasserie un lieu de rencontre, voir de repos bien mérité.

Groupe/Cycle : Visites de 4 villes flamandes

La Maison de l'Urbanité organise un cycle de 4 journées de visites en Flandre : Anvers, Malines, Courtrai et Hasselt.

Ces 4 villes flamandes à échelles variées (de 500.000 habitants pour Anvers à 70.000 pour Hasselt), liées à des pôles économiques spécifiques, nous offrent un panel varié de gestion du territoire et de réalisations concrètes qui en découlent.

À la fois proches et éloignées, elles peuvent nous inspirer pour urbaniser nos villes wallonnes. La déclinaison sur notre territoire des exemples visités est d'autant plus aisée que le cadre règlementaire flamand diffère peu du nôtre.

Chaque journée sera rythmée par des présentations et des visites portant sur l'aménagement du territoire, l'urbanisme et l'architecture.

Voir toutes les activités liées