Un cirque d’hiver à réinventer à Liège

Edifié en 1853, le cirque des variétés, appelé également cirque d’hiver, est un monument emblématique liégeois.

© Maxaliege

Au fil du temps, il a connu diverses affectations : cirque permanent, école d’équitation, salle de spectacle et garage. Le futur est aujourd’hui à écrire pour ce bien classé comme monument (couverture et charpente), à l’architecture typique des cirques d’hiver (un bâtiment cylindrique en brique, 4 niveaux de dalles de béton).

Ouvrons la réflexion en nous penchant sur le présent du cirque Jules Verne d’Amiens (France).

La ville d’Amiens compte 133.300 habitants (2011) pour une densité de 2.700 hab./km2 alors que Liège en compte 197.885 (janvier 2018) pour 2.852 hab./km2. Le tissu associatif de la ville d’Amiens est riche et une grande partie de celui-ci est consacré à la culture.

Construit en 1889, le cirque Jules Verne est également inscrit au titre des monuments historiques pour ses façades et toitures. Il a accueilli diverses activités au cours du XXe siècle : cirque, palais des Congrès, salle de spectacles polyvalente (meetings, fêtes, séances de cinéma, compétitions de boxe, spectacles de variétés, etc.). Aujourd’hui, il abrite le Pôle Régional des Arts du Cirque. Son rôle est d’affirmer la place et le rôle qu’une grande agglomération peut donner aux arts du cirque, à l’art populaire, un secteur majeur de la vie artistique.

C’est un lieu unique en France où le cirque et les arts dans l’espace public se rencontrent. Il permet de réaliser un travail sur les rapports qui existent entre les habitants et leur lieu de vie, que ce soit au niveau de l’architecture, du patrimoine ou encore de leurs usages dans les espaces publics et de leurs rapports aux autres habitants. Ce travail se traduit :
- par la création de spectacles dans un quartier ou sur un territoire en impliquant et en faisant participer les habitants ;
- par des explorations dans les quartiers pour aller à la rencontre des habitants ;
- par le tissage de liens avec les habitants en utilisant le spectacle : ateliers, répétitions, rendez-vous insolites dans l’espace public, dans les quartiers, les centres-villes, les écoles, etc.

Les lieux permettent d’accueillir notamment des artistes pour qu’ils puissent travailler, répéter, adapter leurs dernières créations à ce lieu particulier.

Ce cirque Jules Verne est un véritable lieu d’émulation, de rencontres qui permet de recentrer les habitants dans et sur leur territoire de vie.

Il est dès lors intéressant de faire un parallèle avec le cirque d’hiver présent Thier de la Fontaine à Liège. La situation géographique, la configuration des lieux permettraient de créer un lieu à la fois social et culturel. La proximité du Reflektor et de la Cité miroir permettrait de créer une nouvelle synergie, une complémentarité par rapport aux institutions présentes dans la ville.

Une piste à explorer serait, par exemple, la création d’un lieu où développer les arts créatifs et/ou des espaces d’exposition ouverts au public. L’objectif pourrait être de créer une véritable émulation au sein d’un lieu ouvert à tous. Le développement des Arts Créatifs pourrait se réaliser en collaboration avec les Résidences – Ateliers – Vivegnis (RAVI). Encourager une nouvelle forme de pratiques artistiques comme celles développées à Amiens, qui fait le lien entre les habitants, leur territoire et les espaces publics.

Le Cirque pourrait également accueillir une Maison des Associations, qui pourrait permettre le développement d’une vie associative locale en mettant à disposition des lieux d’échanges, de rencontres, mais aussi un accompagnement et la mise à disposition de différentes ressources.

Une salle polyvalente pourrait accueillir des spectacles, des conférences, des concerts, mais aussi des ateliers à destination des écoles.

Quant à l’espace public situé au-devant du bâtiment, il pourrait être aménagé pour que des spectacles, des expositions, des animations débordent du cirque, s’installent pour aller à la rencontre des habitants, tissent des liens.

La transformation de ce cirque d’hiver permettrait également de faire lien avec le projet de Ville et son objectif de "stimuler les pratiques créatives, collaboratives et citoyennes".

Ne voilà-t-il pas un programme multiple et passionnant ?

Mis en ligne le 1er février 2018