New Holland

Un espace public multifonctionnel à Saint-Pétersbourg

Dans une ville en déficit d’espaces publics attrayants, l’île réhabilitée de New Holland a aisément trouvé une place dans le cœur des Pétersbourgeois. À la fois espace moderne et paysage patrimonial, c’est aujourd’hui un lieu incontournable où chacun peut trouver sa place.

Ses canaux, ses avenues, et son architecture éclectique ont valu au centre historique de Saint-Pétersbourg d’être classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1990. Bâtie comme une fenêtre sur l’Europe, la ville est nourrie de nombreuses influences. La concentration de richesses, à la fois culturelles et financières, dont elle a pu bénéficier en tant que capitale des tsars en fait l’héritière d’un patrimoine historique d’exception.

Par ailleurs, l’offre en espaces publics, essentielle à la qualité de vie, est déficiente et peu fonctionnelle à Saint-Pétersbourg. Les espaces verts se limitent essentiellement aux parcs et jardins hérités de longue date, dont l’esthétique peu séduisante en période hivernale conduit au dépeuplement. Les citadins s’approprient alors les abords des principaux boulevards, où convergent tous les flux, avec les nuisances que cela comporte.

New Holland, une île aux multiples facettes

Certaines réhabilitations ont cependant permis de faire émerger de nouveaux lieux dont l’attractivité perdure tout au long de l’année. L’île New Holland en est un parfait exemple. En plus d’avoir rendu accessible à tous un secteur autrefois restreint au domaine privé, le projet de réhabilitation dont l’île a fait l’objet a permis de créer un espace public multifonctionnel, alliant modernité et patrimoine.


À proximité de la Neva, ce territoire dédié par Pierre Le Grand à l’industrie navale, se transforme en espaces publics appréciés par les Pétersbourgeois. © A. Savin

L’histoire de cette île débute à l’aube de l’édification de la ville de Saint-Pétersbourg en 1704. Son fondateur, le tsar Pierre-Le-Grand, décida de développer l’industrie navale aux abords de la Neva, au plus proche de son embouchure, de façon à créer une large ouverture sur le Golfe de Finlande et sur l’Europe.

À travers les siècles, New Holland s’est ouverte à une multitude d’activités. D’abord principalement utilisée pour entreposer du bois de charpente, l’île se diversifia en accueillant notamment une prison militaire. Les lourds dommages engendrés par la Seconde Guerre mondiale marqueront le déclin de l’île qui ne réémergera qu’au siècle suivant.


The Frigate Playground, un vaste terrain de jeux pour enfants et un subtil clin d’œil à l’histoire de l’île. © Vladimir D.

La naissance d’un projet de réhabilitation

En 2006, deux ans après la cession de New Holland par la Marine à la Ville, fut organisé un concours visant à sa réhabilitation. Celui-ci se solda par un échec puisque le projet vainqueur ne vit jamais le jour. Une nouvelle compétition, lancée en 2010, connut davantage de succès. En effet, la société primée, Millhouse, détenue par le milliardaire russe Roman Abramovich, ouvrit l’île au grand public dès juillet 2011.

L’objectif de la société Millhouse va bien au-delà de la restauration d’un objet patrimonial. La volonté est de créer un complexe multifonctionnel dont le rayonnement dépasse les frontières nationales. Doivent se mêler activités culturelles, commerciales, et de bureau ainsi que du logement.

La première phase de restauration, parmi les quatre initialement programmées, fut complétée en août 2016. La deuxième phase devrait être achevée dans le courant de cette année, tandis que les phases trois et quatre seront accomplies d’ici 2025.


Des touches colorées égayent les espaces de jeux. © andr83


Un cinéma de plein air anime les journées des promeneurs. © Katya Nikitina


Les pelouses, à la fois lieu de détente et support d’événements divers. © Katya Nikitina

Les raisons d’un succès

Le succès déjà très important du projet s’explique notamment par ses espaces extérieurs exclusivement piétonniers invitant à la promenade et à la contemplation. En effet, au-delà des évènements ponctuels, l’île offre de vastes étendues de pelouses, diverses plaines de jeu pour enfants, ainsi que des kiosques à nourriture invitant à la convivialité. Les points d’eau environnants ne font que sublimer l’expérience, dans un cadre paisible, exonéré des nuisances du centre-ville. Qui plus est, la période hivernale n’a rien à envier à l’été puisque c’est d’une vaste patinoire et de décorations lumineuses que se pare New Holland.

En ce qui concerne les espaces intérieurs trois bâtiments ont déjà été rénovés. The Commandant's House, la résidence du commandant de l’île, est devenue aujourd’hui The Mayak School of creative Industries, une école basée sur le système académique Britannique. The Bottle House, bâtiment de forme concentrique, ayant fait office de prison militaire, est à ce jour un complexe moderne réparti sur trois étages. Le rez-de-chaussée est entièrement occupé par des restaurants et cafés. Le premier étage dispose de commerces axés sur la mode et le design. Le deuxième étage est, lui, dédié au sport et à la santé. Enfin, The Foundry, fonderie bâtie au milieu du 19e siècle, s’est transformée en un espace restaurant, café et club très chic.


Bottle house, ancienne prison militaire à proximité de la Neva, offre au public des espaces de restauration, de shopping, et de création. © Sky Slant

Pourtant toujours en cours de réalisation, le projet de réhabilitation de New Holland connaît un succès majeur. La situation de l’île, à une trentaine de minutes à pied de l’hyper-centre, et le déficit d’espaces publics au sein de Saint-Pétersbourg lui donnent tous les atouts pour être un des lieux favoris des Pétersbourgeois. À ce projet devront en répondre d’autres comme celui de Sevkabel Port en cours de réalisation, sur l’autre rive de la Neva. En effet, la capitale de Pierre Le Grand ne pourra pas éternellement se reposer sur son patrimoine historique, au risque d’être confinée au statut de ville-musée.

Fabian Massart

Article paru dans le Cahier de l'Espace Public n°33 (mars 2020) et mis en ligne dans cette rubrique le 20 mars 2020.