Les pistes cyclables aériennes

Aux quatre coins du monde se mettent en place des infrastructures, parfois ambitieuses, pour augmenter les chances du vélo de concurrencer l’utilisation de la voiture. Le phénomène s’avère aujourd’hui marginal comparé aux autres infrastructures viaires, mais il mérite d’être mis en avant.

Fietsen door de Bomen © VisitLimburg

Si vous voulez réaliser de nouvelles voies pour les vélos, il y a principalement deux manières de procéder. La première est d’utiliser les voies déjà existantes en intégrant les vélos à la circulation. Au mieux, les cyclistes disposent alors de couloirs spécifiques de circulation, réalisés avec des marquages au sol sans réelle séparation physique. La seconde est de construire une voie à part (qu’elle longe les autres voies ou qu’elle en soit isolée), physiquement séparée du reste de la circulation.

La première solution est évidemment la plus simple à mettre en place, la moins coûteuse, la plus flexible et la moins consommatrice d’espace. Le seconde, en revanche, est nettement plus sécurisante et incite plus facilement les particuliers à changer leurs habitudes pour utiliser ce mode de locomotion. Et ces deux raisons pèsent dans la balance (ou devraient le faire).

Alors si vous désespérez des peintures à même le bitume réservant un couloir étriqué aux vélos, ce portfolio est écrit pour vous rendre espoir. Il vous dévoilera des exemples assez particuliers où la circulation des cyclistes est prise en compte avec des infrastructures dédiées, afin de la sécuriser et de l’extirper du reste du trafic.

Aux Pays-Bas

Les Pays-Bas figurent historiquement parmi les pays pionniers en matière d’infrastructures cyclables. Rien d’étonnant à les voir figurer dans cette liste.

À proximité d’Eindhoven, les problèmes posés par la traversée d’un important carrefour routier par des cheminements vélos ont été résolus par une solution aussi radicale qu’efficace. Au lieu de créer des règles de croisements compliquées ou de modifier la gestion des temps d’attentes aux feux de circulation, nos voisins néerlandais ont créé une imposante infrastructure surplombant les voies automobiles. Ainsi est né ce rond-point aérien pour vélos, de 72 mètres de diamètre, indépendant du carrefour en contre-bas.

Cet ouvrage répondant au nom d’"Hovering" ("anneau des Hovens") fut conçu en 2012 par l’agence "ipv Delft".


Les vélos poursuivent leurs cheminements sans se soucier du trafic autoroutier. © Jochen Tack


Le risque d’accident entre une voiture et une vélo a disparu de cet important carrefour. © Bruggenbouwer


L’Hovering offre de jolies perspectives, avec ses illuminations nocturnes. © John Tarantino

Au Danemark

Copenhague est sans doute la ville européenne menant aujourd’hui la politique la plus favorable aux cyclistes, avec ses 400 kms de pistes cyclables réparties dans toute la ville. En 2018, 49% des déplacements s’y faisaient à vélo.

Inauguré en 2014, un "vélo-pont" de 220 mètres de long, conçu par "Dissing + Weitling", surplombe une zone commerçante et un plan d’eau pour permettre une circulation plus fluide des vélos sans gêner les piétons. Il a été conçu avec une largeur suffisante (4,6 mètres) pour être emprunté à double-sens, ainsi que par les vélos-cargos. 12.500 cyclistes l’empruntent quotidiennement. Son nom, le "Cykelslangen" ("serpent-vélo"), évoque son élégante forme, à la fois élancée et sinueuse.

Et quand on sait qu’il ne s’agit que de l’un des douze ponts réservés aux vélos de cette capitale !


Le Cykelslangen s’intègre malicieusement au tissu urbain environnant. © Dissing+Weitling


Le Cykelslangen permet de traverser aisément les plans d’eau du quartier. © Dissing+Weitling


La forme élancée et sinueuse du Cykelslangen. © Dissing+Weitling

En Chine

La Chine, pays de tous les superlatifs, nous offre le plus long pont cyclable au monde, long de 7,6 kilomètres ! Il longe une autre voie rapide aérienne pour le trafic routier, qui surplombe des quartiers résidentiels et d’affaires du centre de Xiamen. Cette infrastructure cyclable propose 11 entrées/sorties différentes pour ses utilisateurs, toutes connectées aux stations de bus ou aux métros. Les voies sont larges, avec des sens de circulation la plupart du temps séparés.

Inauguré en 2017, ce gigantesque pont aérien est également l’œuvre de "Dissing + Weitling".


Le quartier résidentiel et d’affaires de Xiamen. © Viewtiful


Une entrée/sortie de cette très longue structure aérienne, au niveau d’un parc urbain. © Picture alliance / Photoshot


Le cheminement, adossé à la voie rapide autoroutière, comporte une piste par sens de circulation cycliste. © Dissing+Weitling


Le cheminement, adossé à la voie rapide autoroutière, comporte une piste par sens de circulation cycliste. © Dissing+Weitling

Au Japon

Au Japon, le "Shimanami Kaido" est une voie rapide de près de 60 kilomètres qui relie depuis 1999 la ville d’Imabari à celle d’Onomichi, en passant par neuf îles et en enjambant majestueusement la mer intérieure de Seto.

Cette infrastructure est connue pour disposer d’une voie séparée pour les cyclistes et les piétons. Cette "piste cyclable maritime" permet de développer un tourisme ciblé, dont les utilisateurs sont comblés par les magnifiques paysages environnants.


La voie rapide "Shimanami Kaido" qui traverse la mer de Seto avec, à l’avant-plan, une entrée/sortie de sa voie cycliste.


La piste cyclable de Shimanami Kaido offre de superbes vues aux amateurs de balades cyclistes. © Ehime Tourist Board

Et en Belgique

Il existe un bel exemple belge d’infrastructure aérienne dédiée aux vélos, que nous avions déjà évoqué dans le Cahier de l’Espace Public n°32. Comme l’exemple japonais, il s’agit ici d’une utilisation de vélo-loisir plutôt que d’une infrastructure dédiée aux vélos utilitaires.

Dans les bois de Hechtel-Eksel, au sud de Lommel (province du Limbourg), a été inaugurée en juin 2019 une magnifique passerelle cyclable permettant de pédaler à hauteur des cimes sylvestres. En forme de cercle, sa longueur est de 700 mètres et permet de s’élever à 10 mètres du sol. Elle ne s’emprunte que dans un seul sens, pour des raisons de sécurité, et a une vocation de loisir et de sensibilisation à la préservation de la nature.

Cette étonnante structure porte le nom "Fiesten door de Bomen", qui signifie "Pédaler dans les arbres".


Le double-cercle du "Fietsen door de Bomen" inséré dans la forêt. © VisitLimburg


L’entrée de la structure, au pieds des arbres. © VisitLimburg


Les cyclistes montent petit à petit pour s’élever au niveau des arbres, puis redescendent tout en douceur. © Robert Boons

Jérôme Sauveur

Article paru dans le Cahier de l'Espace Public n°35 (septembre 2020) et mis en ligne dans cette rubrique le 10 septembre 2020.