Un nouveau lieu de convergence à Namur

Le centre-ville namurois se transforme en profondeur. Les nombreux chantiers en cours entraînent un réaménagement des espaces publics(1). La rénovation des abords de la Maison de la Culture en est un exemple caractéristique.

© Auteur de projet : Philippe SAMYN and PARTNERS, architectes & ingénieurs – Photo : J.-M. DEGRAEVE

Une maison de la Culture pionnière

Sur la rive gauche de l’embouchure de la Sambre dans la Meuse, la Maison de la Culture de la Province de Namur est érigée à la pointe d’un îlot triangulaire formé par la Sambre, l’avenue Golenvaux et la rue du Pont, entrée historique dans la ville. Première du genre en Belgique inaugurée en 1964, elle a été conçue par l'architecte Victor Bourgeois en collaboration avec ses confrères namurois J. Ledoux, G. Lambeau et J. Collin. Avec des volumes sobres et une façade concave entièrement vitrée, la modernité du bâtiment contraste avec l'ancienne Halle al’Chair voisine de style renaissance mosane. Une large esplanade ouvre la ville ancienne sur la Meuse et se termine par une sculpture de Felix Roulin. Le jardin au niveau intermédiaire entre le bâtiment et la Sambre est aménagé par le paysagiste René Pechère. L’escalier d’accès au quai passe par l’ancienne porte classée de Sambre et Meuse.


De la Maison de la Culture…


... au Delta !
© Auteur de projet : Philippe SAMYN and PARTNERS, architectes & ingénieurs – Photos : J.-M. DEGRAEVE

Une rénovation emblématique

Après cinq décennies de fonctionnement, la Province de Namur décide de rénover le bâtiment pour l’adapter aux exigences actuelles. L’objectif est de renforcer son rôle culturel par la création de deux salles supplémentaires afin d’offrir des tailles différentes, un espace muséal, le Point Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles et des locaux pour les activités annexes : Horéca, boutique, locaux administratifs, résidences d’artistes, studios de répétition. Suite à un marché de conception-réalisation, l’association "Coeur de ville" réunissant l’entreprise Thomas & Piron et le bureau d’architecture Samyn and Partners est chargée de la transformation du bâtiment et de ses abords. Leur volonté est de respecter l’esprit du bâtiment initial tout en l’agrandissant d’un tiers de sa superficie et en le dotant de nouvelles façades. L’intervention la plus marquante est la création d’une nouvelle salle de 150 places sur l’esplanade. Elle s’inscrit dans un cylindre en forme de "tambour à base tulipée" dont le niveau inférieur entièrement vitré conserve la transparence initiale du site.


Transparence et convivialité du parvis d’entrée.
© Auteur de projet : Philippe SAMYN and PARTNERS, architectes & ingénieurs – Photos : J.-M. DEGRAEVE

Un espace public étagé

Les abords du bâtiment sont radicalement transformés pour ouvrir au maximum le lieu au public. L’espace public est constitué de plusieurs niveaux de balcons interconnectés. La passerelle d’accès à la nouvelle salle cylindrique crée un parvis d’entrée protégeant les visiteurs des intempéries. Alcôve élargissant le trottoir public, cette "casquette d’entrée" est complétée d’une nouvelle liaison vers les niveaux inférieurs. Un escalier circulaire et un ascenseur public pour les personnes à mobilité réduite relient le parvis au quai de halage qui voit défiler les piétons et les cyclistes. La terrasse de l’ancien jardin est métamorphosée. La démolition d’une partie du mur de soutènement permet de créer des gradins qui établissent un nouveau lien entre la ville et le fleuve. La partie conservée du jardin accueille la terrasse du restaurant, exposée plein sud et ombragée par les plantations conservées. Un nouveau revêtement en béton prolonge les dalles existantes en pierre bleue. La sculpture initialement sur l’esplanade est replacée dans l’axe de la porte classée pour séparer la terrasse des gradins. L’accès depuis la rue du Pont et le centre ancien, notamment des employés et des artistes, est rendu plus convivial. "Cerise sur le gâteau", l’exhaussement du bâtiment permet la création d’une terrasse publique au quatrième étage. Son accès intérieur est doublé par une cage d’escalier et un ascenseur extérieur accessibles durant les heures d’ouverture. Cette terrasse publique offre un panorama époustouflant sur la Citadelle et les bords de la Sambre et de la Meuse.


La Namourette, navette fluviale entre les rives des cours d’eau, accoste au pied de la terrasse ombragée.
© Auteur de projet : Philippe SAMYN and PARTNERS, architectes & ingénieurs – Photos : J.-M. DEGRAEVE


Une terrasse haute offre une vue imprenable sur la citadelle et la vallée mosane.
© Auteur de projet : Philippe SAMYN and PARTNERS, architectes & ingénieurs – Photos : J.-M. DEGRAEVE

Un "Delta" culturel

La rénovation de la Maison de la Culture de la Province de Namur élargit ses usages tout en magnifiant les traces anciennes conservées. Ouvert au public en septembre 2019, le site est rebaptisé "Delta" pour illustrer sa fonction de lieu de convergence afin d’assurer une diffusion culturelle dans tout le Namurois. Le Delta crée un nouveau signal d’entrée dans le centre-ville. Avec la nouvelle passerelle sur la Meuse et la future esplanade du Grognon qui lui fait face, il participe à la redynamisation de la confluence de la Sambre et de la Meuse.


Un point de convergence de la vie namuroise.
© Auteur de projet : Philippe SAMYN and PARTNERS, architectes & ingénieurs – Photos : J.-M. DEGRAEVE


La nouvelle proue culturelle namuroise.
© Auteur de projet : Philippe SAMYN and PARTNERS, architectes & ingénieurs – Photos : J.-M. DEGRAEVE

(1) Voir les Cahiers de l'Espace public n°21 et 31.

Jean-Michel Degraeve

Article paru dans le Cahier de l'Espace Public n°35 (septembre 2020) et mis en ligne dans cette rubrique le 14 septembre 2020.