Les Incroyables Comestibles à Liège

Tout a commencé en 2008 à Todmorden, une cité industrielle du nord de l'Angleterre, touchée de plein fouet par la crise. Pour recréer du lien social, des habitant.e.s ont eu l'idée de transformer un jardin floral en jardin potager et d'indiquer "food to share" ("nourriture à partager"). Le mouvement "Incredible edible" était né.

© Seb Gouvars

Des bacs plantés de légumes sont apparus un peu partout, dans les cours d'écoles jusque devant le poste de police. Cet élan a non seulement permis de souder la communauté, a redonné à tous le goût du "consommé local", mais a transformé le rapport du citoyen avec son espace de vie. Ce mouvement s’est répandu à travers le monde et a conquis de nombreuses villes.

À Liège

À Liège, c’est en avril 2013 que se lance le mouvement, à l’initiative de l’asbl Beau-Mur notamment. Des bacs partagés apparaissent dans certains quartiers. À l’été 2016, nous obtenons l’autorisation d’installer des bacs potagers au pied de la Passerelle, le temps d’un été, dans le cadre du projet "Liège Souffle Vert" : quelle formidable émulation, quelle incroyable participation citoyenne, quelle mobilisation ! Une expérience enrichissante d’occupation temporaire de l’espace public en plein centre-ville qui démontre à nouveau le potentiel inimaginable de transformation et de réappropriation de l’espace public par l’action citoyenne. En 2017, nous proposons la mise en place du Permis de Végétaliser à la Ville de Liège, qui devient partenaire et actrice du développement du projet.


Des bacs et un banc placés au pied d’une façade déjà bien fleurie. © Seb Gouvars

Le Permis de Végétaliser

Largement inspiré de celui mis en place par la Ville de Paris, le Permis de Végétaliser octroie aux citoyen.ne.s et aux associations l’autorisation d’occuper l’espace public avec un dispositif potager en libre-service. La particularité de notre dispositif liégeois ? Les plantes doivent être comestibles !

Oui, mais pourquoi des légumes dans l’espace public ?

Au niveau du lien social, cela tisse des réseaux sociaux au sein des quartiers, cela favorise la rencontre entre voisins mais également entre les associations d’un quartier. Chaque personne impliquée est consciente de faire partie d’un mouvement international, s’apparentant au mouvement de la Transition. Cela permet également de construire une solidarité citoyenne nouvelle : on partage, sans monnaie, sans rien attendre en retour, sans contrôle.
Un autre élément important se situe sans doute au niveau de la ré-appropriation de l’espace public par les citoyen.ne.s, et l’implication de chacun.e au sein de son quartier, de son espace de vie. Participer aux Incroyables Comestibles, c’est enchanter son quartier en créant de jolis espaces de partages de manière concrète et durable.


Aménagement discret mais efficace d’un bac. © Seb Gouvars


Le permis de végétaliser verdit des espaces publics délaissés ou peu utiles. © Seb Gouvars

Planter des légumes, faire éclore une révolution !

Mais le véritable fondement de ce mouvement est de participer à l’élaboration d’un nouveau récit, à la création d’un nouvel imaginaire collectif : c’est en plantant des légumes qu’on fera éclore une révolution !
Imaginez que l’espace dit "public" le soit réellement, et que chaque citoyen puisse y installer un bac potager à partager, avec le soutien des autorités locales.
Imaginez que chaque personne puisse utiliser ces dispositifs, gratuitement, et que la nourriture produite soit à partager, sans condition. Ces dispositifs appartiennent à tout le monde, chacun peut y participer, avec sa sensibilité, sa créativité et son temps disponible, sans jugement et sans contrôle.
Imaginez que celui qui récolte n’est pas nécessairement celui qui a planté, et que c’est ok !
Imaginez que nos villes, devenues si minérales, peuvent se reverdir et s’embellir, tout en participant à un mouvement d’autonomie alimentaire global, et en participant à réguler la température de nos espaces de vie extérieurs en cas de canicule.
Imaginez l’effet boule de neige que ce "il était une fois" pourrait engendrer ?
"C’est comme si cultiver pour l’autre procurait une sensation nouvelle, ouvrait d’heureuses perspectives, rendait l’espoir qu’un autre monde est possible en étant nous-même acteurs du changement. Certains vous diront que cela procure un sentiment de liberté."


Des bacs aux pieds de la gare des Guillemins. © Seb Gouvars

Les Incroyables comestibles sont un puissant levier de métamorphose : métamorphose de notre espace public, de nos quartiers et des liens au sein de celui-ci, métamorphose aussi de notre imaginaire et enfin métamorphose du territoire via l’action citoyenne dans l’espace public.

Emilie Thomas
Animatrice pour le Centre Liégeois du Beau-Mur

Article paru dans le Cahier de l'Espace Public n°35 (septembre 2020) et mis en ligne dans cette rubrique le 15 septembre 2020.